Et si les influenceurs n’étaient pas ceux que l’on croit ?

Avant de commencer, je voulais déjà vous donner une définition de « l’influenceur », telle que l’on peut la trouver sur Wikipédia :

«Un influenceur est une personne qui, par son statut, sa position ou son exposition médiatique, est capable d’être un relais d’opinion influençant les habitudes de consommation».

Donc si l’on décortique cette phrase, on y trouve déjà des indicateurs majeurs pour bien comprendre qui, peut en faire partie…

  • Le statut : entendons par là, le « job » de l’individu dans la société,
  • Sa position : il s’agit ici plutôt du niveau dans la « hiérarchie » : qu’il soit politique, associatif ou que-sais-je…
  • Son exposition médiatique : les artistes, les businesswomen ou businessmen sous les feux des projecteurs,
  • Un relai d’opinion : il est clairement fait état ici, d’une prise de parole que cet influenceur a sur les réseaux sociaux ou sur diverses tribunes,
  • Les habitudes de consommation : vous l’avez compris avec ces quatre derniers mots, le vrai influenceur est celui qui a pour objectif de modifier/transformer vos habitudes, dans un but uniquement marketing.

Alors tout cela voudrait donc dire que mis à part ces gens-là qui nous disent quoi acheter, personne ne pourrait être influenceur…

Et si ensemble, nous changions notre vision à ce sujet ?
Et si nous nous concentrions objectivement sur les faits, les mesures qui permettent de trouver ce qui fait vraiment l’influence ?

Après tout, les Justin Bieber et autre Madonna sont certes très suivis, mais influencent-ils vraiment nos modes de consommation… Pas si sûr !

Démarrons déjà par les catégories définies aujourd’hui, dans les paliers de « l’influence » :

  • Le Méga-influenceur, est généralement un producteur de contenu sur une plateforme sociale qui compte plus d’un million d’abonnés sur l’un des réseaux sociaux où il est présent.
  • Le Macro-influenceur, certains vont par exemple estimer que la limite se situe à 100 000 abonnés ou followers.
  • Le Micro-influenceur, la tranche d’audience la plus souvent évoquée dans le domaine est celle de 10 000 à 100 000 abonnés ou followers.
  • Le Nano-influenceur, quant à lui, est un influenceur à l’audience limitée. Le plus communément, on considère qu’un nano-influenceur bénéficie de moins de 10 000 abonnés ou followers.

Donc vous l’avez compris, nous sommes, pour une grande majorité, présents dans la dernière catégorie, celle des « Nano-influenceurs ».

Mais est-ce vraiment la taille qui compte ?

Pour ma part je n’en suis pas certain!

Regardez avec les événements récents ou l’actualité dans sa globalité, les tweets les plus repartagés sur Twitter, sont à 80% réalisés par des Nano-influenceurs …..

Bon d’accord mais alors qu’est-ce qui fait l’influence ?

Au-delà du fait, qu’il vous faut avoir le bon message au bon moment, certains éléments doivent être véritablement considérés pour définir votre influence. Les voici ci-dessous :

1-    Votre ratio Follower/following, le fameux RFF.

(Attention, cette partie est ennuyeuse à lire mais utile pour comprendre la méthode de calcul de votre propre RFF. Désolé !).

La méthode de calcul est très simple : Le RFF est égal au nombre de Followers , divisé par le nombre de Following de votre compte (RFF=Followers/Following).

4 ratios existent :

Ratio 0.1 > 10 Followers 100 Following : Soyons clair, vous n’êtes pas encore un cador des réseaux sociaux

 Ratio 1.0 > 100 Followers 100 Following : Vous écoutez et l’on vous écoute. Bravo !

 Ratio 2.0 > 200 Followers 100 Following : Vous êtes populaire et les autres veulent savoir ce que vous avez à dire. Vous êtes un leader pour votre communauté.

 Ratio 10.0 > 100 Followers 10 Following : Vous êtes une icône dans votre domaine (ravi que vous lisiez mon article aujourd’hui, si vous pouviez le partager ça serait super :-))

2-    Les partages ou autre retweets de vos publications.

Pour moi il est clair et limpide qu’un influenceur est celui qui est REPARTAGÉ (Cela parait évident comme ça, mais c’est toujours mieux en le disant…)

3-    Les interactions qui seront faites avec vos publications.

Ce sont les likes ou autres « Bravo, J’adore, Instructif, Intéressant » que l’on a vu fleurir depuis quelques temps déjà sur LinkedIn. Si votre publication est likée alors elle devient déjà virale.

4-    Les fameuses listes dans lesquelles vous vous retrouvez parfois.

Au début sur Twitter, on se demande souvent, mais pourquoi X ou Y m’a t’il/elle ajouté à la liste « nom_de_la_liste » ?

Et bien figurez-vous que là déjà, à ce stade, c’est très bon signe pour vous! Car généralement, les listes sont faites par des personnes qui sont bien sûr à l’aise sur Twitter (bon jusque là rien de bien extra), mais surtout c’est qu’ils vous considèrent (en tout cas vos publications sont considérées) ! Sachant en plus, que leurs fameuses listes sont souvent publiques, donc consultables par leurs abonnés qui peuvent ainsi, pourquoi pas, devenir aussi vôtre…

4bis-    Les recommandations et les compétences sur LinkedIn.

Une autre marque d’influence réelle sur les réseaux sociaux est sans nul doute, les recommandations que l’on peut faire de vous sur LinkedIn ou encore les compétences que l’on peut vous attribuer sur ce même réseau. S’il y a bien quelque chose de concret et tangible pour marquer votre forte présence, ce sont bien ces deux éléments qui demandent du temps à celles et ceux qui auront la gentillesse de qualifier vos compétences et qualités, en laissant une trace par écrit. La bien séance digitale, vous invite à faire de même en retour.

5-    Le meilleur pour la fin : être suivi par des comptes certifiés

Bon là on arrive déjà à un bon niveau de votre « aura d’influence ». En effet, si des comptes certifiés sur Twitter vous suivent (surtout s’ils sont nombreux à le faire), alors là vous pouvez aussi être très content de vous (Les comptes certifiés sur Twitter apparaissent avec une petite coche dans une sorte de bulle blanche, juste à côté du nom de l’utilisateur.)!

Avec ce top 5, vous pouvez vous considérer comme un VRAI influenceur. Au-delà du simple nombre d’abonnés qui vous suivent (certes bien joli à montrer) qui finalement, n’est pas très engageant…

Un cas concret de notre influence, pour terminer

Je travaille aujourd’hui pour la « marque employeur » (ou attractivité employeur) de mon entreprise. L’objectif que nous avons dans l’équipe est d’attirer les talents dans notre société.

On connait l’image que l’on renvoie et nous essayons collectivement de casser les préjugés autour de notre secteur d’activité. Car malheureusement, quand on parle de nous dans les foyers français, on pense tout de suite aux téléphones ou aux box, mais pas du tout à nos chercheurs, nos data scientists, nos business analystes, nos architectes réseaux, nos designers ou encore nos account managers….

Aujourd’hui, les études qui nous alimentent sont formelles !

Une candidate ou un candidat va croire 3 à 4 fois plus un salarié qui s’exprime sur un réseau social, que la parole corporate de l’entreprise à travers un superbe spot vidéo de recrutement, ou encore une personnalité médiatique qui venterait le fait de venir travailler chez nous…

Ce qui, en d’autres termes, indique que les salariés pour la plupart « nano-influenceurs », seront nettement plus influents que l’entreprise ou la personnalité médiatique (suivie par ailleurs par des milliers de personnes), auprès de cette cible.

Leurs vidéos, leur posts sur les réseaux sociaux seront plus facilement regardés, plus facilement commentés ou partagés, par celles et ceux qui sont vraiment intéressés, et qui y voient toute l’authenticité du propos.

Donc en résumé, nous, les Nano-influenceurs sommes influents auprès de notre communauté !

Je suis sûr que maintenant vous comprenez que celles et ceux qui vous partagent ou vous likent, doivent être choyés par vous, car ils sont les porteurs de vos messages directement à la cible que vous essayez d’atteindre !

Soyons fiers d’être des nano-influenceurs ! On ne démérite pas, croyez-moi, car nous sommes vrais, authentiques et sincères… Je vous recommande d’ailleurs de relire mon article sur « l’employee advocacy » qui détaille cette force que sont les nano-influenceurs dans une entreprise par exemple.

(images)

Article provenant de mon compte LinkedIn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑